Logan Clément, des rêves de calcio

  • 0

Logan Clément, des rêves de calcio

Category : Mes articles

Ex-junior du FC City, l’attaquant genevois a posé ses valises à Ferrare (Italie), où il évolue avec les U17 de la SPAL 2013.

Peut-on se faire remarquer à Genève sans forcément passer par les jeunes de Carouge ou Servette ? Bien sûr, car il y a des clubs qui font un excellent travail chez les jeunes. C’est le cas du FC City, où Clément Logan a fait toutes ses classes, principalement sous la houlette de Nicolas Ditzoff et Vanina Rossier depuis tout petit, avant d’arriver en première équipe, où il a évolué six mois. Aujourd’hui, ce grand attaquant mesurant 1m90 évolue chez les U17 de la SPAL 2013 (Societá Sportiva Ars et Labor), club basé à Ferrare, en Emilie-Romagne (nord de l’Italie). Et les choses se passent plutôt bien. Pour preuve, il a commencé la saison avec les U17 mais a appris la semaine dernière qu’il allait désormais s’entraîner avec la Primavera, l’équipe réserve du club, tout en disputant les matchs avec les U17.

Une belle progression pour celui qui a vraiment voulu lier sa vie au football de manière assez tardive, n’ayant jamais été attiré par un passage par la case Carouge ou Servette. Il s’explique : « Dans mon entourage, depuis tout petit, tout le monde me disait que j’avais un certain talent et que si je voulais percer, il fallait aller à Carouge ou Servette. Mais moi à l’époque, contrairement à aujourd’hui, je ne voulais pas être footballeur dans la vie. Le foot, c’était pour le plaisir. Intégrer Servette, ça impliquait déjà cinq entraînements par semaine et changer d’école. Je n’étais pas trop dans ce délire ».

Le « délire » a changé. A tel point que Logan a même changé de pays l’été dernier après une mûre réflexion. « J’ai beaucoup parlé avec mes parents avant de prendre la décision. La distance est un peu dure parfois, mais sinon tout se passe bien, je m’y plais bien. Je ne regrette rien », confie le jeune qui suit sa scolarité de 8h à 13h avant d’aller à l’entraînement l’après-midi.

Mais pourquoi l’Italie, au juste ? Déjà, c’est une question d’origines : « Mes grands-parents sont italiens donc j’entendais un peu l’italien à la maison », précise Logan, qui arrive à se faire comprendre mais qui est en train de parfaire la langue. C’est Antonio Ruggeri, entraîneur au FC City, qui a fait marcher ses contacts en Italie pour que le jeune y passe des tests. Finalement, c’est la SPAL qui l’a retenu.

Lors d’un match contre Milan

Sa saison avec les U17 ferrarais se passe très bien à titre individuel –il est le cinquième joueur le plus utilisé en championnat et a marqué 3 des seuls 10 buts de l’équipe en championnat–, mais un peu moins au niveau de l’équipe, qui peine à obtenir les résultats dans un championnat national qui compte comme adversaires l’Inter, Milan ou la Lazio : « On perd souvent à cause de petites erreurs qu’on paye cher. Ça se joue toujours à des petits détails qui ne nous sont pas favorables ». Malgré une avant-dernière place de son équipe en championnat U17, le lucide jeune homme n’a pas tardé à s’intégrer dans un football italien bien différent du suisse : « C’est un autre football. C’est beaucoup plus strict au niveau tactique. Il y a des jours où l’on ne fait que ça ».

Et l’avenir ? Il terminera la saison avec les U17 tout en s’entraînant avec la Primavera qu’il intégrera définitivement cet été. « Mon but est d’évoluer individuellement. Je voulais intégrer la Primavera dans un premier temps, maintenant que c’est fait, je vais essayer d’aller chercher du temps de jeu chez eux. Il faut y aller par étapes ». Logan Clément possède un physique avantageux, une excellente mentalité et bien entendu le talent pour réussir. Pour la suite… cela peut aller vite. Pour info, la première équipe de la SPAL est actuellement en course pour monter en Serie A. Voilà qui est intéressant.

proxifoot.ch